Poésie - Le laboureur et ses enfants de Jean de la Fontaine

Poésie Le laboureur et ses enfants

Le Laboureur et ses enfants de Jean de la fontaine

Travaillez, prenez de la peine :
C’est le fonds qui manque le moins.
Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’Oût.
Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse.
Le père mort, les fils vous retournent le champ
Deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an
Il en rapporta davantage.
D’argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.

La morale dans la poésie Le laboureur et ses enfants

C’est la neuvième fable du livre cinq. Ce livre a été publié en 1668 dans le premier recueil de fables choisies et mises en vers par Jean de La Fontaine.

Dans cette fable, Jean de la Fontaine chercher a exprimer l’importance du travail. Le Laboureur faisant miroiter un trésor à ses enfants, leur fait gagner bien plus par leur travail que s’ils avaient réellement trouver un trésor.

Retour haut de page